Nombre minimal de nuits : sabotez-vous votre taux d’occupation ?

minimum staysEst-ce qu’il vous est déjà arrivé de vous demander si vous pouviez recevoir plus de demandes de réservations, dès aujourd’hui, sans changer un mot à votre annonce ?

(Ou peut-être un ou deux, tout dépend de la plateforme que vous utilisez)

Vous n’êtes pas tout seul à vous poser cette question-là. Quel propriétaire ne se la pose pas ?

Pour générer plus de réservations dès aujourd’hui, il y a un truc que vous devez comprendre…

La plupart des loueurs en saisonnier cherchent à améliorer la qualité de leur bien immobilier ou de leur annonce avant même d’effectuer certaines modifications simples qui pourraient déjà changer beaucoup de choses pour eux.

Ces modifications mineures peuvent apporter des changements majeurs en terme de revenus. Mais peu y pensent. Ou peu les mettent en place.

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une de ces modifications simples qui peuvent vous permettre de booster votre taux d’occupation.

Comme vous vous en doutez après avoir lu le titre de cet article, il concerne le nombre minimal de nuitées que vous imposez aux vacanciers pour réserver chez vous.

Certains loueurs en saisonnier pensent bien faire en fixant un nombre minimal de nuits relativement élevé

Cinq jours, une semaine, deux semaines…

Or, ceux-ci se tirent une balle dans le pied. Car plus votre nombre minimum de nuitées augmente, plus vous vous coupez d’une partie importante de vacanciers.

Vous vous dites probablement :
« Certes mais je dois bien fixer un nombre minimal de nuits, sinon mon planning va avoir davantage l’allure d’un gruyère que d’un planning de location saisonnière bien rempli… »

Certes, si vous vous y prenez n’importe comment, c’est le risque.

Mais si vous procédez de manière intelligente et organisée, réduire votre nombre minimal de nuitées vous permettra de louer davantage. Et donc d’augmenter vos revenus.

Vous devez être flexible

Votre taux d’occupation vous en sera reconnaissant.

Ne refusez pas un séjour de 2 ou 3 nuits à des voyageurs si les dates qu’ils demandent sont consécutives à une semaine qu’on a déjà réservée chez vous.

Ça vous permettra de diversifier votre base de locataires. Vous ne vous couperez pas de tous les vacanciers qui ne recherchent une location que pour 2-3 jours.

Travailler de cette manière vous permettra d’optimiser au maximum la manière dont vous générez des réservations.

Sur les plateformes que vous utilisez actuellement pour trouver des locataires, veillez donc à fixer un nombre minimum de nuitées qui ne dépasse pas 2-3 nuits.

Récemment, alors que je parcourais des appartements parisiens sur Airbnb, je suis tombé à de nombreuses reprises sur des locations qui me plaisaient mais dont le nombre minimal de nuitées était trop élevé (5 jours minimum, alors que je ne recherchais pas plus de 2 nuitées).

C’est à ce moment-là que j’ai vraiment compris à quel point le nombre minimal de nuitées pouvaient influencer le nombre de réservations qui étaient générées au final.

Si vous avez des difficultés à remplir votre planning, c’est peut-être que vous n’êtes pas assez flexible.

Peut-être qu’un de vos cœurs de cible n’est pas disposés à rester autant de nuitées que vous l’imposez.

Bien...

Je vous ai préparé un deuxième article dans lequel vous allez découvrir une série de stratégies et de techniques pour attirer de nombreux locataires potentiels vers votre offre de location de vacances…

Dont une proportion non négligeable se transformera en locataires qui viendront effectivement séjourner chez vous, et contribuer à remplir votre planning et doper vos revenus.

Ces nouvelles méthodes d’acquisition de locataires vont vous permettre de toucher de nombreux locataires potentiels souvent laissés de côté (et qui pourtant représentent une part considérable des touristes et vacanciers désireux de trouver un logement pour leur séjour).

Les façons de faire qu’on va voir ensemble ici vont vous permettre de générer de nombreuses réservations supplémentaires.

Et elles vous seront utiles même dans le cas où vous remplissez déjà votre planning.

Car vous allez pouvoir apprendre à exploiter de nouvelles sources d’acquisition de locataires et ainsi de sécuriser votre activité sur le long terme (très utile dans le cas où l’une de vos sources actuelles deviendrait défaillante, comme un site d’annonces qui ferait faillite ou qui déclasserait votre annonce).

Et si à l’heure actuelle vous avez du mal à trouver davantage de locataires et à faire croître votre activité de loueur en saisonnier, ces façons de faire devraient justement vous intéresser.

Car vous allez exploiter des canaux d’acquisition de locataires que quasiment aucun loueur en saisonnier n’exploite.

Et s’ils ne les exploitent pas, ce n’est pas parce qu’ils les considèrent comme peu profitables, c’est surtout parce qu’ils ne les connaissent pas.
Ou alors parce qu’ils en ignorent le potentiel.

Je ne vous en dis pas plus ici, et je vous laisser aller découvrir tout ça ici :
=> Trouver des locataires À LA PELLE : stratégies et techniques OUBLIÉES

Axel

Top