Loueur Meublé Non Professionnel : le LMNP expliqué simplement

loueur meublé non professionnelLe statut de loueur meublé non professionnel ne vous semble pas très clair ?

Vous avez l’impression de vous emmêler les pinceaux avec la fiscalité du statut LMNP ?

À la fin de cet article, tout vous semblera plus clair.

Nous allons passer en revue l’essentiel de ce que vous devez savoir sur le loueur en meublé non professionnel.

Ce que permet le statut de loueur de meublé non professionnel :

  • La location de chambres meublées
  • La location saisonnière
  • La location d’une partie de votre résidence principale
  • La location d’un appartement dans une résidence services exploitée par un gestionnaire

loueur en meublé non professionnel

Quand est-on considéré comme loueur meublé non professionnel :

Vous êtes considéré comme un LMNP à partir du moment où vous n’êtes pas un loueur en meublé professionnel (LMP). Autrement dit :

  • Soit si vous ne réalisez pas 23 000 euros de recettes annuelles,
  • Soit si vos revenus issus de la location représente moins de 50% de votre revenu global,
  • Soit si vous n’êtes pas inscrits au Registre du Commerce et des Sociétés en qualité de loueur en meublé.

À partir du moment où l’une de ces trois conditions n’est pas remplie, vous êtes considéré comme un LMNP.

En fait, le régime du loueur en meublé non professionnel est un statut par défaut. Ce n’est pas un statut à proprement parler.

conditions statut lmnp

La fiscalité du LMNP :

Vous avez le choix entre 3 régimes fiscaux :

  • le régime microBIC
  • le régime simplifié
  • le régime réel

Vous vous demandez peut-être quel régime s’applique à votre cas ? En fait tout dépend du montant des loyers que vous encaissez.

On va voir tout de suite dans quelles mesures. Deux cas sont à distinguer :

Si vos recettes annuelles sont inférieures à 32 600 € :

Si vos revenus locatifs annuels n’excèdent pas 32 600 euros hors taxes, vous êtes soumis au régime de la micro-entreprise. Ce régime est aussi appelé régime microBIC.

Un des atouts de ce régime est que vous bénéficiez d’un abattement forfaitaire de 50%. Cela signifie que vous ne payez des impôts que sur la moitié de votre chiffre d’affaire.

Sous ce régime vous n’avez pas à tenir de comptabilité. Vous n’aurez donc pas à passer des heures à faire votre compta.

Si vos recettes annuelles dépassent 32 600 € :

Si vos revenus locatifs annuels dépassent les 32 600 euros hors taxes, vous êtes soumis au régime réel.

Sous ce régime vous ne bénéficiez pas de l’abattement forfaitaire de 50%. Mais vous pouvez déduire certains frais de vos recettes. Quand vous calculerez le montant sur lequel vous serez imposé, vous pourrez déduire de vos revenus :

  • les travaux d’entretien et de réparations
  • les droits d’enregistrement
  • les intérêts (dans le cas où vous avez fait un emprunt)
  • l’amortissement (sur le prix d’achat du bien ou sur des gros travaux non déductibles)

fiscalité loueur en meublé non professionnel

Vous vous demandez peut-être comment déterminer le montant de vos recettes annuelles si vous venez de commencer votre activité de location ?

C’est tout simple.

Il vous suffit d’effectuer ce qu’on appelle un prorata. Vous extrapolez vos recettes à l’année. Par exemple, si vous louez depuis 3 mois et que vous avez encaissé 3000 euros (par exemple si le loyer est de 1000 euros par mois), le prorata donne (3000 euros)*(12 mois / 3 mois) = 3000 euros multiplié par 4 = 12 000 euros de recettes annuelles.

Bien...

Je vous ai préparé un deuxième article dans lequel vous allez découvrir une série de stratégies et de techniques pour attirer de nombreux locataires potentiels vers votre offre de location de vacances…

Dont une proportion non négligeable se transformera en locataires qui viendront effectivement séjourner chez vous, et contribuer à remplir votre planning et doper vos revenus.

Ces nouvelles méthodes d’acquisition de locataires vont vous permettre de toucher de nombreux locataires potentiels souvent laissés de côté (et qui pourtant représentent une part considérable des touristes et vacanciers désireux de trouver un logement pour leur séjour).

Les façons de faire qu’on va voir ensemble ici vont vous permettre de générer de nombreuses réservations supplémentaires.

Et elles vous seront utiles même dans le cas où vous remplissez déjà votre planning.

Car vous allez pouvoir apprendre à exploiter de nouvelles sources d’acquisition de locataires et ainsi de sécuriser votre activité sur le long terme (très utile dans le cas où l’une de vos sources actuelles deviendrait défaillante, comme un site d’annonces qui ferait faillite ou qui déclasserait votre annonce).

Et si à l’heure actuelle vous avez du mal à trouver davantage de locataires et à faire croître votre activité de loueur en saisonnier, ces façons de faire devraient justement vous intéresser.

Car vous allez exploiter des canaux d’acquisition de locataires que quasiment aucun loueur en saisonnier n’exploite.

Et s’ils ne les exploitent pas, ce n’est pas parce qu’ils les considèrent comme peu profitables, c’est surtout parce qu’ils ne les connaissent pas.
Ou alors parce qu’ils en ignorent le potentiel.

Je ne vous en dis pas plus ici, et je vous laisser aller découvrir tout ça ici :
=> Trouver des locataires À LA PELLE : stratégies et techniques OUBLIÉES

Axel

Top