Ce qui vous empêche de faire évoluer votre activité ?

Une des choses qui empêchent les loueurs en saisonnier de faire évoluer leur activité, c’est la résistance au changement.

Si tant de loueurs en saisonnier n’arrivent pas à faire décoller leurs revenus locatifs, c’est parce qu’ils se confortent dans leur état actuel. Un état qui est supportable. Et ils se contentent de résultats satisfaisants.

Un peu comme un salarié exploité qui trouve sa situation juste assez supportable pour ne pas démissionner et trouver un meilleur job.

Pour qu’il devienne évident qu’il faille amorcer un changement, il faut que la situation dans laquelle on se trouve soit insupportable.

Et au minimum, il ne faut pas qu’on se complaise dans notre situation.

Parce que si on est se complaît dans notre situation, alors la résistance au changement prend le dessus. La flemme prend le dessus. La procrastination prend le dessus.

Et du coup, on ne fait rien.

Et c’est bien dommage. Car ce n’est pas en faisant rien qu’on fait évoluer les choses et qu’on progresse.

D’où l’importance de tester de nouvelles façons de faire. Des façons de faire qui peuvent potentiellement produire des résultats différents. Des résultats meilleurs.

Seulement voilà :

La résistance au changement nous empêche de tenter quelque chose de nouveau :

On se dit que notre situation actuelle nous convient. Qu’on a trouvé un équilibre. Qu’on a juste ce qu’il nous faut pour subvenir à nos besoins.

En l’occurrence pour vivre, rembourser notre crédit, éventuellement nous constituer une épargne, etc…

Et encore une fois, c’est bien dommage. Car bien souvent, on peut faire mieux. Beaucoup mieux.

Et c’est ce confort qui nous empêche de tenter des choses différentes. De tester de nouvelles façons de faire.

Et à vrai dire, ce n’est pas vraiment de notre faute :

Ce n’est pas qu’on a pas envie d’obtenir de meilleurs résultats, comme des revenus locatifs plus importants ou des locataires plus fidèles.

Quel loueur en saisonnier n’en aurait pas envie ?

Le problème, c’est que cette envie n’est pas suffisamment intense.

Par flemme, on se contente de ce qu’on a actuellement. Et vu que cette situation n’est pas insupportable, on s’en satisfait.

Alors ici il ne s’agit pas de se mettre en situation insupportable ou de foutre son activité en l’air (et heureusement).

Il s’agit simplement de prendre conscience que notre résistance au changement fait qu’on se coupe de meilleurs résultats, comme notamment de revenus locatifs plus importants.

Le cerveau n’aime pas le changement.

C’est pourquoi à chaque fois qu’on va vouloir entreprendre quelque chose nouveau et qui nécessite un peu d’efforts, notre cerveau va trouver tout un tas d’excuses pour ne pas qu’on passe à l’action.

Pour que notre cerveau nous pousse à passer à l’action, il faut que notre vie soit directement en danger.

Le cerveau joue la carte de la sécurité.

Mais c’est une sécurité à court terme, et une sécurité qui nous empêche de prendre des initiatives en entreprenant des choses pouvant nous faire évoluer.

Voilà pourquoi tant de loueurs en saisonnier qui ont un potentiel énorme n’agissent pas :

Parce que leur cerveau leur fournit tout un tas de raisons de ne pas agir.

Le cerveau cherche à économiser de l’énergie, et donc nous conduit naturellement à en faire le moins possible.

Ayez conscience de cela, et vous aurez une longueur d’avance sur vos concurrents (et comme vous vous en doutez, ce qu’on vient de voir ne se limite pas à la location saisonnière).

Bien...

Je vous ai préparé un deuxième article dans lequel vous allez découvrir une série de stratégies et de techniques pour attirer de nombreux locataires potentiels vers votre offre de location de vacances…

Dont une proportion non négligeable se transformera en locataires qui viendront effectivement séjourner chez vous, et contribuer à remplir votre planning et doper vos revenus.

Ces nouvelles méthodes d’acquisition de locataires vont vous permettre de toucher de nombreux locataires potentiels souvent laissés de côté (et qui pourtant représentent une part considérable des touristes et vacanciers désireux de trouver un logement pour leur séjour).

Les façons de faire qu’on va voir ensemble ici vont vous permettre de générer de nombreuses réservations supplémentaires.

Et elles vous seront utiles même dans le cas où vous remplissez déjà votre planning.

Car vous allez pouvoir apprendre à exploiter de nouvelles sources d’acquisition de locataires et ainsi de sécuriser votre activité sur le long terme (très utile dans le cas où l’une de vos sources actuelles deviendrait défaillante, comme un site d’annonces qui ferait faillite ou qui déclasserait votre annonce).

Et si à l’heure actuelle vous avez du mal à trouver davantage de locataires et à faire croître votre activité de loueur en saisonnier, ces façons de faire devraient justement vous intéresser.

Car vous allez exploiter des canaux d’acquisition de locataires que quasiment aucun loueur en saisonnier n’exploite.

Et s’ils ne les exploitent pas, ce n’est pas parce qu’ils les considèrent comme peu profitables, c’est surtout parce qu’ils ne les connaissent pas.
Ou alors parce qu’ils en ignorent le potentiel.

Je ne vous en dis pas plus ici, et je vous laisser aller découvrir tout ça ici :
=> Trouver des locataires À LA PELLE : stratégies et techniques OUBLIÉES

Axel

Top